Cha LING, l’esprit du thé Pu’er au service de la peau

Saviez-vous que « Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas ». Lao Tseu

J’ai trouvé cette phrase si belle, pleine de poésie et d’aventure, sur la page de présentation de la marque de cosmétiques à base de thé Made in France, que j’ai eu envie de vous la partager en introduction.

Cha LING, l’esprit du thé Pu’er au service de la peau

Cette jolie marque française a connu son inspiration dans la province du Yunnan – considéré comme le poumon vert de la Chine « aux confins des confins » – un lieu rare, préservé de pollution et à la végétation luxuriante. Depuis 5000 ans, cette zone préservée abrite une flore inégalée, cultivée par une minorité bouddhiste – le peuple Bulang – qui entretient les théiers de forêt et récolte notamment les feuilles au début et à la fin de la saison des pluies, au printemps et en automne. Ce peuple respectueux de son environnement pratique la méthode dite « planting under the forest« , qui garde intacte et préserve les espèces qui environnent les théiers, car cet écosystème unique au monde favorise la croissance des feuilles du thé Pu’Er, un thé noble et emblématique de la région depuis des millénaires.

Cette zone unique au monde est désormais mise en danger, la protection des forêts de théiers est devenu un combat afin de préserver ce joyau et sa cultivation millénaire, notamment pour le biologiste Allemand Josef Margraf, qui a décidé de s’établir dans cette zone et de veiller au maintien de la biodiversité de ce terroir. Avec sa femme, ils ont fondé en 2004 le « Centre de Tianzi pour le développement et la recherche sur la biodiversité » pour sauver cette enclave naturelle, et relancer la production de thé de forêt en créant un nouveau mode de culture, le « Rainforestation Farming« , qui permet de recréer une forêt avec tout son écosystème, pour pouvoir re-créer toutes les conditions de l’héritage culturel de la région, dans son ensemble, et permettant une production multiple des petits joyaux locaux et de manière traditionnelle et responsable.

Cha LING, l’esprit du thé Pu’er au service de la peau

Cha Ling est donc néé d’une rencontre, celle de Laurent Boillot (ex Président de la Maison Guerlain), véritable féru de culture chinoise et amoureux de la nature, et de Josef et sa femme Minguo Margraf. Une amitié naît, avec des valeurs communes et un idéal partagé, en plus d’un amour pour la beauté de cette forêt unique, et de la volonté de préserver ce monde si extraordinaire. L’idée de faire naître de cette rencontre un moyen de sauver ces joyaux et de participer au rayonnement de cette région vient alors: créer une ligne de cosmétiques à base de Thé Pu’er, dont une partie des bénéfices seraient reversés pour la présentation des forêts du Yunnan. Pendant plus de 3 années, des recherches sont effectuées pour faire connaissance avec les diverses propriétés cosmétiques des feuilles de thé Pu’er de forêt, sont alors découvertes des propriétés exceptionnelles, anti-oxydant, anti-pollution et anti-âge. Le 12/12/2012 naît alors Cha Ling, pour abriter le rêve de cette rencontre et sceller l’engagement de cosmétique et de la biodiversité, une Maison « éco-born » est née.

J’ai eu l’occasion de découvrir cette belle marque engagée, et de tester deux produits:

Ma peau sèche et sensible a tendance à être particulièrement challengée pendant la période hivernale, des rougeurs, des dartres, des irritations à force de me moucher, ma peau du visage est particulièrement mise à rude épreuve. J’ai donc attendu fin novembre et la chute des températures pour ouvrir ce pot plein de promesses. Adapté aux peaux fines, sèches et fragiles, la période hivernale est idéale pour tester cette crème de jour onctueuse et réconfortante.

  • L’Essence Repulpante – Cha Ling
  • La Crème Riche – Cha Ling
Cha LING, l’esprit du thé Pu’er au service de la peau

La Crème Riche – Cha Ling

Ma peau sèche et sensible a tendance à être particulièrement challengée pendant la période hivernale, des rougeurs, des dartres, des irritations à force de me moucher, ma peau du visage est particulièrement mise à rude épreuve. J’ai donc attendu fin novembre et la chute des températures pour ouvrir ce pot plein de promesses. Adapté aux peaux fines, sèches et fragiles, la période hivernale est idéale pour tester cette crème de jour onctueuse et réconfortante.

Elle a une couleur un peu « bois de rose« , un parfum délicat et féminin dans lequel les amatrices de thé sauront retrouver la fragrance délicate des feuilles de Pu’Er. Le petit pot, tout blanc et très élégant, est très qualitatif, il est lourd, le logo est rose cuivré et on a vraiment à faire à produit qui semble « soigné ». Je m’attendais à une texture style crème Nivea, mais il s’agit en réalité d’une crème à la texture riche mais pas extra-riche, elle est onctueuse, douce, mais plus « fine » que ce que j’attendais. Elle promet de prolonger la jeunesse de la peau avec les feuilles de thé Pu’Er sechées et leur fort pouvoir anti-oxydant. Elle contient également 3 huiles émollientes et nourrissantes, dont l’huile de thé qui lui apporte cette texture.

La crème riche est plutôt une crème de jour, à appliquer sur peau propre et sèche, pour le visage et le cou. La composition est relativement clean mais on y retrouve du phenoxyethanol et du butylhydroxytoluène (pas génial). De manière globale, elle agit bien sur l’élasticité de la peau, lisse bien les ridules et permet d’avoir du confort et de l’éclat sur la peau. Ma peau sensible ne réagit pas mal, et je ne sens pas tirailler mon visage dans la journée. En grande consommatrice et amatrice de thé, je suis assez sensible à cet ingrédient ancestral qui me semble assez « magique« , et le pot est absolument ravissant.

Cette crème est disponible ici à 95€ (soldée actuellement à 30€!) pour un pot de 50mL.

Cha LING, l’esprit du thé Pu’er au service de la peau

L’Essence Repulpante – Cha Ling

Le produit que j’ai préféré dans cette commande! Un soin que j’utilise comme un sérum pendant ma routine depuis l’automne, et qui a une belle durée de vie!

Un joli flacon pompe en verre, où l’on retrouve les codes de la marque franco-chinoise, des couleurs cuivrées, des matières qualitatives. Ce soin pour le visage est un véritable concentré d’hydratation et de bienfaits pour une peau régénérée. Avec des ingrédients comme le thé Pu’Er, mais également de l’extrait d’algue rouge, la texture est assez sensuelle, un hybride entre une huile et un sérum, avec cette même odeur féminine et délicate dans laquelle on reconnaît le thé.

Je l’utilise principalement le matin, après mon tonique et avant d’appliquer ma crème de jour. Ma peau boit littéralement ce soin! J’aime son effet « enrobant » et sa texture qui est idéale, ma peau est hydratée comme si je portais un masque, plus lisse et plus souple, les cernes sont également bien atténuées! Un produit que j’ai vraiment adoré et intégré à mon rituel quotidien au même titre que mon matcha latte matinal.

Cette essence est disponible ici à 85€ (soldée actuellement à 30€!) pour un flacon de 50mL (comptez deux bons mois d’utilisation avec une utilisation de 3 gouttes quotidiennes).

Cha LING, l’esprit du thé Pu’er au service de la peau

La fan de thé que je suis a adoré cette rencontre, un produit beau, luxe, éco responsable et engagé, avec du thé dedans. Pas un thé lambda, un thé du bout du monde, ancestral et plein de pouvoirs magiques.

Si cette rencontre m’a enchantée, j’ai maintenant envie de profiter des soldes proposées sur leur site, tous leurs produits (notamment leurs masques de saison, bougies et accessoires type ba guan et outil modelant visage – parmi les produits de beauté traditionnels de cette région de Chine) me font envie. Ils proposent même du thé Pu’Er de forêt à consommer, le véritable thé des forêts, j’ai vraiment envie de le tester!

Et vous, connaissez-vous Cha Ling? Envie de découvrir cette jolie marque?

éèé

wallpaper-1019588
J’ai lu: Une bête au Paradis de Cécile Coulon
wallpaper-1019588
Connaissez-vous le Kardoune – Le lisseur pour cheveux sans chaleur ?
wallpaper-1019588
Noël : 20 idées cadeaux pour les gros budgets
wallpaper-1019588
Produits terminés : je rachète ou pas ? #46