Je suis hypocondriaque mais je me soigne.

Je suis hypocondriaque mais je me soigne.
Hypocondriaque. Ce mot qui revient si souvent désormais, mais qui est aussi tellement péjoratif. Combien de fois ai-je entendu "Mais arrête de faire ton hypocondriaque !". Alors oui, je fais partie de cette grande majorité de la population un peu chochotte, qui a mal pour rien et surtout, dès qu'elle a mal a tendance à en faire toute une montagne. "Mon dieu je suis écorchée ça va s'infecter" "J'ai mal au ventre c'est l'appendicite" " J'ai mal dans la poitrine je vais faire un infarctus ". Enfin vous voyez quoi.
Pourtant, avant je n'étais pas comme ça. 
A l'âge de 15 ans, j'ai subi ma première opération, et pas des moindres, une opération de ma scoliose. Pas mal pour une première non ? Bizarrement à cette époque-là, malgré les nombreux risques, la lourde opération, et tout ce qui s'en suit, c'est passé comme une lettre à la poste
Et depuis seulement quelques années, un rien m'affole presque. D'où le surnom péjoratif de fille hypocondriaque. 
Seulement, il y a quelques semaines, j'ai véritablement découvert ce qu'était l'hypocondrie : une véritable maladie qui fait souffrir. Beaucoup. Mentalement et physiquement.Suite à un événement personnel qui chamboule tout un rythme de vie bien ancré depuis quelques années, plus rien n'est allé. Une histoire de conscient, d'inconscient, tout ça. Parce que oui tout avait changé du jour au lendemain, mais oui tout allait bien. Il y a des gens qui mettent des jours et des jours à s'en remettre, qui s'enfonce dans une sorte de déprime sentimentale. Moi c'en était rien. Je continuais ma vie et ma petite routine. Pas de cris, pas de larmes, pas de verres cassées. Rien de tout ça. Par contre, cet inconscient en avait décidé autrement. 
Petites douleurs, grosses crises d'angoisse. 
Quelques jours après, j'ai fais ma première (vraie) crise d'angoisse. Et je peux vous dire que ce n'est pas du gâteau. C'est à cet instant même que j'ai compris le réel sens de "crise d'angoisse". Souffle court, mal dans la poitrine, poumons qui se serrent. La réelle impression qu'on va mourir. 10 minutes. 15 minutes. 30 minutes ont passé. Et le lendemain ça recommence.
 Insomnies. Angoisses. Et 4 heures de sommeil après.
Je me suis réellement demandé ce qui m'arrivait. Vraiment. A cet instant où tu as l'impression que tu ne sens plus ton cœur battre dans ta poitrine, où tu t'efforces de tousser pour t'assurer que tu respires toujours. Pourtant tout allait bien.
Et puis mon corps a commencé à "dérailler" comme l'a si bien dit mon médecin. A m'inventer des douleurs qui n'existaient pas. Mal aux poumons. Puis mal au bras. Puis mal à la côte. Mal à l'oreille. Au dos. A la mâchoire. Bref j'en passe. En plus à force d'angoisser, mon corps se contractait, merci les courbatures.
Vous devez vous dire mais quelle relou cette fille !

Je suis hypocondriaque mais je me soigne.
Le pire, c'est que ça devenait un cercle vicieux. J'avais une douleur quelque part. J'imaginais la maladie la plus grave au monde. J'angoisse. Ce qui me provoque de nouvelles douleurs.
Donc oui, l'hypocondrie est une vraie maladie où il faut avoir une grande force mentale pour se raisonner, se dire qu'on n'a rien, éviter d'aller chez le médecin une fois par semaine (comme moi) ou de passer une batterie d'examens. Parce que même si ça rassure sur le coup, on s'imagine sans cesse de nouvelles choses. Et là, ça devient plus grave.
Alors pourquoi cette angoisse ? Pourquoi ces douleurs ? 
La peur d'être seule, la peur de mourir, la peur d'avoir peur. Comme la plupart des hypocondriaques angoissés.
Et puis j'ai découvert la sophrologie. Sur YouTube bien sûr ! Ça m'a fait énormément de bien, ça détend et ça aide à dormir en plus de ça, ça a été vraiment efficace sur moi.
J'ai voulu raconter mon expérience très personnelle sur cette maladie car je sais que je ne suis pas la seule et que ça peut toucher tout le monde, qu'on soit bien dans sa vie et dans sa tête, en apparence du moins. Et encore plus après avoir lu l'article de Joséphine sur l'hypocondrie, je me suis dis mais en fait je ne suis pas toute seule ! 
Si vous aussi vous êtes sujets à l'hypocondrie, à l'angoisse ou si vous voulez juste en parler et échanger des conseils, n'hésitez pas à me le dire en commentaires ou par mail : bazardechach@live.fr

Ca me tenait vraiment à cœur d'en parler ici et je vous remercie de m'avoir lu si vous êtes arrivés jusqu'ici et je vous dis à très vite pour un article beauté tout en futilité ! 

CREDITS PICTURE 1 - PICTURE 2

Je suis hypocondriaque mais je me soigne.

wallpaper-1019588
Un Smoky eyes avec … Absolution Cosmetics
wallpaper-1019588
Le Haul NYX – découverte
wallpaper-1019588
20 idées cadeaux pour la fête des pères
wallpaper-1019588
Elleanor de Provence, la mode romantique et responsable