J’ai lu: L’été où Elodie de Kate Riordan

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman L’été où Elodie de l’autrice américaine Kate Riordan.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

J’ai lu: L’été où Elodie de Kate Riordan

Nombre de pages: 432 pages

Maison d’édition: Stock

Date de parution (dans cette édition): 25 mai 2022

4ème de couverture:

Lorsque Sylvie Durand reçoit une lettre lui intimant de se rendre de toute urgence à La Rêverie, sa maison en Provence, elle comprend qu’elle n’a plus le choix. Au cœur d’un été étouffant, marqué par des incendies d’une violence inhabituelle, Sylvie retourne donc à La Rêverie avec Emma, sa fille cadette, dans ses bagages. Alors que les souvenirs des événements qui ont brisé leur famille une décennie plus tôt menacent de remonter à la surface, Sylvie tente à tout prix de dépasser le profond sentiment d’effroi que lui inspire cet endroit. Et surtout de cacher à Emma la vérité sur ce qu’il s’est réellement passé cet été-là. Mais, du moindre recoin de la maison, surgit le spectre d’Élodie. Son aînée, venue au monde dans la tourmente de Mai 68. Sa jolie fille aux yeux vairons, que les villageois du coin comparaient volontiers à une « Manson Girl ». Élodie qui obtenait toujours ce qu’elle voulait. Élodie, disparue tragiquement à quatorze ans. À mesure que le mercure grimpe et que les feux se rapprochent, Sylvie sent poindre une menace bien plus effrayante. Qui pourrait tout changer.  Alternant brillamment entre passé et présent, Kate Riordan tisse un page-turner captivant qui renouvelle le genre du roman d’été et interroge l’évidence supposée du lien maternel.

Mon avis:

J’ai tout de suite été attirée par ce livre en librairie car le titre contient mon prénom donc forcément… j’étais presque obligée de l’acheter (logique non?).

Quand j’ai lu la 4ème de couv’ j’ai tout de suite pensé à « il faut qu’on parle de Kevin » de Lionel Shriver ou plus récemment à « entre toutes les mères » d’Ashley Audrain (l’un de mes gros coups de coeur de l’année passée). 

Comme dans les deux romans précités, il s’agit encore une fois de l’histoire d’une mère qui se sent coupable de n’avoir pas pu/su tisser un lien avec sa fille totalement insensible et manipulatrice.

A vrai dire, je pense que rien ne me met plus froid dans le dos que des histoires d’enfants machiavéliques. Surtout quand leur perfidie n’est pas perçue par la plupart des gens qui les entourent. 

Cependant, il est presque impossible de leurrer sa propre mère. Elodie n’échappe par à cette règle car sa mère, Sylvie, se rend très vite compte que quelque chose cloche chez sa fille aînée, même si son mari, lui, se fait très vite avoir par sa fille. Cette situation mène d’ailleurs à un désaccord dans le couple car Greg, son mari, prend toujours le parti de sa fille et trouve que sa femme devrait plus ou mieux d’en occuper. Et c’est là tout le machiavélisme de ce roman, cette mère qui voit sa fille devenir mauvaise mais qui n’est crue par personne… 

J’ai également aimé le personnage de la soeur cadette, Emma, que Sylvie tente de protéger de sa propre soeur. Emma, jeune fille aimante et douce, tout le contraire d’Elodie.

Je donnerais ma vie pour elle, sans l’ombre d’une hésitation; je suis sa mère. Mais, parfois, j’aimerais ne pas l’être. Il n’y a pas de paradoxes en moi dans ces affirmations. Elles coexistent dans ma tête, certitudes jumelles que je me surprends à chuchoter, comme un étrange mantra.

L’été où Elodie de Kate Riordan, page 96

C’est un livre qui se dévore, pour ma part je l’ai acheté et j’ai commencé de suite à le lire, ce qui est assez rare dans mon cas, vu l’état de ma pile à lire (ou plutôt de mes bibliothèques à lire). L’écriture de Kate Riordan est très fluide et le livre se lit tout seul.

Les chapitres sont courts et le suspense est intense. On sent qu’il va forcément arriver un truc mais on ne sait pas quand et c’est là tout le talent de l’autrice. L’ambiance devient de plus en plus pesante. Un roman qui mériterait qu’on parle davantage de lui, au même titre que les romans cités au début de cet avis!

Ma note: ♥♥♥♥♥


J’ai lu: L’été où Elodie de Kate Riordan


wallpaper-1019588
VLOG | Il m’a fait un super cadeau…
wallpaper-1019588
On the Wild Side – plantes sauvages et bienveillance
wallpaper-1019588
J’ai lu: Dewey de Vicki Myron
wallpaper-1019588
Une liste de naissance intuitive et facilitée avec Minipouce.fr