J’ai lu: Le pain perdu d’Edith Bruck

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du livre le pain perdu de l’autrice Edith Bruck.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

J’ai lu: Le pain perdu d’Edith Bruck

Nombre de pages: 176 pages

Maison d’édition: Editions du sous-sol

Date de parution (dans cette édition): 7 janvier 2022

4ème de couverture:

“Il faudrait des mots nouveaux, y compris pour raconter Auschwitz, une langue nouvelle, une langue qui blesse moins que la mienne, maternelle.”

En moins de deux cents pages vibrantes de vie, de lucidité implacable et d’amour, Edith Bruck revient sur son destin : de son enfance hongroise à son crépuscule. Tout commence dans un petit village où la communauté juive à laquelle sa famille nombreuse appartient est persécutée avant d’être fauchée par la déportation nazie. L’auteur raconte sa miraculeuse survie dans plusieurs camps de concentration et son difficile retour à la vie en Hongrie, en Tchécoslovaquie, puis en Israël. Elle n’a que seize ans quand elle retrouve le monde des vivants. Elle commence une existence aventureuse, traversée d’espoirs, de désillusions, d’éclairs sentimentaux, de débuts artistiques dans des cabarets à travers l’Europe et l’Orient, et enfin, à vingt-trois ans, trouve refuge en Italie, se sentant chargée du devoir de mémoire, à l’image de son ami Primo Levi.

Mon avis

Il s’agit du récit d’un destin tragique mais néanmoins extraordinaire de résilience.

Cependant, je dois avouer avoir trouvé le début un peu long (et raconté à la 3ème personne du singulier, comme si son enfance était racontée par quelqu’un d’extérieur) et la suite beaucoup trop rapide (mais narrée à la première personne du singulier), on saute d’une époque à l’autre sans avoir le temps de comprendre vraiment ce qui se passe. Alors bien sûr, ce n’était pas un récit sur son passage dans les camps comme ça avait été le cas de l’illustre « si c’est un homme » de Primo Levi (que l’autrice a côtoyé d’ailleurs) mais un récit global de sa vie. J’aurais quand même voulu en savoir un peu plus sur comment les choses se sont passées pour elle durant cette horrible période, le titre « le pain perdu » laissait entendre qu’elle en parlerait plus en détail.

– Tout cela, c’est la faute de l’homme, décrétait ma mère. Partout où il pose le pied, l’herbe ne repousse plus!

– L’homme est donc plus fort que Dieu?

lui demandais-je.

-Chacun paiera pour ses propres agissements, me rassurait-elle.

Comment aurait-on pu ne pas croire à sa mère?

Le pain perdu, d’Edith Bruck, page 62

La vie n’a pas épargné Edith Bruck et j’admire également sa capacité à rebondir et à aller toujours de l’avant. Son envie de vivre et de réussir dans la vie. Elle semble si forte et pourtant ce n’est qu’une toute jeune fille qui ne connait encore rien à la vie et qui doit tout reconstruire.  Elle a réussi à s’imposer en temps que femme et écrivain. 

Un récit d’une force incroyable d’une femme courageuse malgré les épreuves et qui a su trouver sa voie.

Ma note: ♥♥♥♥


J’ai lu: Le pain perdu d’Edith Bruck


wallpaper-1019588
Un look de rentrée avec Tape à L’Oeil
wallpaper-1019588
J’ai lu: Où vivaient les gens heureux de Joyce Maynard
wallpaper-1019588
[SP]J’ai lu: Au plus profond du moins profond de Christian Vellas
wallpaper-1019588
The FIVEorites #33 | Lecture, Netflix & musique