J’ai lu: Madame Hayat d’Ahmet Altan

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Madame Hayat de l’auteur Ahmet Altan.

 ♥ = Bof bof, à éviter

♥♥ = Sympa, sans plus

♥♥♥ = Pas mal du tout , j’ai passé un bon moment !

♥♥♥♥ = A lire absolument !

♥♥♥♥♥ = Attention, gros coup de cœur !

Les (♥) représentent les demis 

L’image provient de mon instagram.

J’ai lu: Madame Hayat d’Ahmet Altan

Nombre de pages: 272 pages

Maison d’édition: Actes Sud

Date de parution (dans cette édition): 1er septembre 2021

4ème de couverture:

Fazil, le jeune narrateur de ce livre, part faire des études de lettres loin de chez lui. Devenu boursier après le décès de son père, il loue une chambre dans une modeste pension, un lieu fané où se côtoient des êtres inoubliables à la gravité poétique, qui tentent de passer entre les mailles du filet d’une ville habitée de présences menaçantes.
Au quotidien, Fazil gagne sa vie en tant que figurant dans une émission de télévision, et c’est en ces lieux de fictions qu’il remarque une femme voluptueuse, vif-argent, qui pourrait être sa mère. Parenthèse exaltante, Fazil tombe éperdument amoureux de cette Madame Hayat qui l’entraîne comme au-delà de lui-même. Quelques jours plus tard, il fait la connaissance de la jeune Sila. Double bonheur, double initiation, double regard sur la magie d’une vie.
L’analyse tout en finesse du sentiment amoureux trouve en ce livre de singuliers échos. Le personnage de Madame Hayat, solaire, et celui de Fazil, plus littéraire, plus engagé, convoquent les subtiles métaphores d’une aspiration à la liberté absolue dans un pays qui se referme autour d’eux sans jamais les atteindre.
Pour celui qui se souvient que ce livre a été écrit en prison, l’émotion est profonde.

Mon avis:

Ce roman est un hymne à l’amour et à la sensualité. 

On y suit Fazil, le narrateur, jeune homme qui se cherche un peu et qui pour se faire des sous à côté de ses études décide de faire le figurant pour des émissions de télévision. Là-bas, il y rencontre la belle Madame Hayat, une femme plus âgée que lui qui l’envoûte immédiatement.

Elle est belle, sûre d’elle, sensuelle à souhait. Il ne connait pas bien les femmes et elle va tout lui apprendre. C’est une femme finalement assez simple, qui aime la nature et les documentaires à la télévision. elle est cultivée et le passionne par ses histoires. Cependant, elle reste évasive et mystérieuse à propos de son passé, ce qui intrigue Fazil. Elle sait au fond d’elle que cette histoire ne peut pas durer car Fazil est un jeune chien fou et qu’il ira tôt ou tard voir ailleurs. Elle ne se fait aucune illusion à ce sujet. 

J’ai adoré les dialogues entre Fazil et Madame Hayat, toujours très philosophiques.

Fazil rencontre peu de temps après la jeune Sila, étudiante studieuse qu’il commence à fréquenter. Il commence donc une double vie où aucune des deux femmes ne se doute pas qu’elle est trompée avec l’autre. 

Sila lui apporte la jeunesse, la franchise, c’est une jeune femme raisonnable et sérieuse. Madame Hayat, quant à elle, met un grain de folie et de fantaisie dans sa petite vie bien rangée d’étudiant. Sila représente le choix de la raison, Madame Hayat le choix du coeur. Saura-t-il faire un choix quand le moment se présentera?

Puis en arrière-fond nous avons tous les problèmes politiques, on sent la tension monter au fur et à mesure du récit. Personnellement, j’ai été totalement subjuguée par le personnage de Madame Hayat, que j’ai trouvé très intéressant de par sa complexité.

Elle était absorbée dans cette solitude qui n’appartenait qu’à elle, qui la divertissait, qui la rendait heureuse, et elle m’avait oublié. Combien de fois, par la suite, je devais la voir se retirer dans cette solitude-là, un sourire satisfait au coin des lèvres. Et quand je lui parlais, elle en sortait aussitôt avec la même sérénité, le même naturel qu’elle y était entrée. La solitude était comme son nid. Elle s’en évadait avec la même grâce qu’un oiseau qui s’envole hors de son nid, ses grandes ailes ouvertes sans le moindre effort. Cette extraordinaire aptitude à la solitude était une autre de ses qualités pour moi inédites, et sa solitude m’enchantait, elle me donnait envie d’y entrer à mon tour. J’aurais voulu que nous ne fussions plus qu’une seule solitude.

Madame Hayat, d’Ahmet Altan, page 66

J’ai aimé la plume de l’auteur, que j’ai trouvée très poétique et fluide. J’ai dévoré ce livre en deux soirées. 

C’est un roman sur les désillusions, l’amour et la beauté de chaque instant dont il faut profiter sans se poser trop de questions. 

Une ode à la vie et à la passion. 

Un très beau roman!

Ma note: ♥♥♥♥(♥)


J’ai lu: Madame Hayat d’Ahmet Altan


wallpaper-1019588
Balibody ou le soleil en bouteille!
wallpaper-1019588
Recette : le matcha latte
wallpaper-1019588
[SP]J’ai lu: Mouches de Mélanie Richoz
wallpaper-1019588
Les délicieux sorbets de la maison ALPEREL !