École de journalisme : mon avis un an après

École de journalisme : mon avis un an après

Ça y est,
j'ai validé ma première année ! Qui dit école dit immersion dans le milieu, et qui dit immersion, dit avis ! J'ai connu énormément de hauts et de bas cette année dans mes études, des périodes de remise en question ou à l'inverse, de totale adéquation avec moi-même.

Je ne parlerai pas au nom de mon école car j'ai ouï dire que tout cela était sensiblement pareil quelle que soit l'école.

LE plus gros point et pas des moindres puisqu'il est à l'origine de certains problèmes de santé que j'ai aujourd'hui. Le journalisme comme on le sait, est un métier de contact, de sociabilité, d'image et... de réputation. Cette même réputation qui poussera nombreux d'entre nous à cacher leurs faits et gestes. " Tu verras, tout le monde fait attention à ce qu'il ou elle renvoie, tu auras l'impression de connaître tout le monde, tout en ne connaissant réellement personne", qu'il m'avait dit. Et je dois tristement avouer que tout cela est vrai.

Bien sûr tous les journalistes ne sont pas comme ça. Je suis dans une école assez sportive puisque la grande majorité rêve de finir commentateur sportif ou de décrocher un job à l'Olympique de Marseille. Je suis consciente du fait que le milieu du foot est particulier, mais cette hypocrisie n'existe malheureusement pas qu'à Marseille.

La passion pour l'écriture

Heureusement, l'école nous demande de réaliser des périodes de stage. Même s'ils restent très compliqués à trouver -surtout en première année, ils nous permettent de voir le journalisme d'une manière totalement différente. À la fin de l'année, après mes partiels, j'ai beaucoup remis en question mon orientation car l'écriture qui jusque là était une passion, avait fini par devenir une corvée. Jusqu'à ce que je fasse un stage et réalise le décalage entre le travail demandé à l'école, la pression que l'on nous met pour écrire dans les règles, et ce qui est en réalité publié par les médias.

J'ai réellement repris goût à l'écriture, aux tournures de phrase, et tout m'a paru plus simple.

Ce qui nous amène au troisième point.

" Ils te demanderont d'écrire une bouse collective, fais le. Mais en dehors de l'école, éclate toi et fait ce qui te ressemble. Crois moi, les rédactions n'attendront pas de toi d'écrire comme on vous l'aura tous appris." m'expliquait L., ancien journaliste chez TF1, lors de mon stage. Si ses paroles m'ont beaucoup aidées, elles m'ont également faites réfléchir.

Pourquoi notre écriture est-elle aussi "formatée" en école ? Le journaliste François Ruffin écrivait il y a quelques années un livre " Les petits soldats du journalisme" qui traitait ce sujet. Il y dénonçait le formatage du style, l'écriture AFP, et tant d'autres choses que je ne supportais pas cette année (malgré que je sois encore loin de tout connaître)

" N'écris pas comme ça", " Ce mot.. c'est trop compliqué pour monsieur tout-le-monde", " Qui parle comme ça dans la vie quotidienne ?". L'école nous impose un cadre strict. Au-delà de la méthodologie, on nous impose un style, une manière de trouver les angles les plus souvent choisis sans sortir des sentiers battus, de suivre le mouvement. Si en commençant ma première année de journalisme je n'accordais pas tellement d'importance à ce que j'écrivais et si le livre de François Ruffin ne me paraissait n'être qu'une réalité dans une seule école ; aujourd'hui tout cela a bien changé.

Parce qu'il n'y a évidemment pas que des points négatifs, j'ai aussi réalisé à quel point le journalisme était un métier qui bougeait. Tant au niveau de l'évolution du milieu que des voyages et des sorties. Je suis tombée totalement amoureuse du mode de travail, de la liberté de mouvement pour réaliser les papiers (articles). Le journalisme permet d'être perpétuellement dans l'apprentissage de nouvelles choses, et c'est ce qui me fascine.

Des rencontres permanentes
Enfin, j'ai rencontré énormément de personnes géniales, autant que de journalistes hypocrites, comme on s'en doute. Des gens adorables qui m'ont énormément conseillés et ont fait évoluer ma façon de voir les choses sur le métier, l'école, mon écriture, etc. Comme partout, vous rencontrerez des personnes géniales qui vous apporteront énormément, et d'autres qui tenteront de vous faire plonger.

N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !


wallpaper-1019588
J’ai lu: Fille A d’Abigail Dean
wallpaper-1019588
J’ai lu: Le gosse de Véronique Olmi
wallpaper-1019588
Balibody ou le soleil en bouteille!
wallpaper-1019588
Recette : le matcha latte