Mes lectures des mois de janvier-février 2015 [les romans]

Je reviens aujourd’hui pour inaugurer une nouvelle rubrique sur le blog, qui m’a été pas mal demandée et j’avais envie de me lancer depuis un moment ! Me diversifier un peu dans mes articles, ne pas parler que de beauté car il n’y a pas que le maquillage dans la vie. Ma grande passion depuis toujours, (oui même devant les jeux vidéos) est la lecture. Je dévore en moyenne un livre par semaine, parfois un peu plus, parfois un peu moins  (peut-être peu pour les booktubeuses mais bon je trouve que c’est déjà pas mal quand on bosse à 100 %, qu’on voit pas mal d’amis et qu’on aime passer du temps avec son mari ;-) )

Voici donc les livres que j’ai lus durant les mois de janvier et février 2015, je vous indiquerai à chaque fois le résumé du livre et mon avis :-)

La patience du diable – Maxime Chattam

la patience du diable

Nombre de pages : 500 pages

Editeur : Albin Michel

Date de sortie : mai 2014

Résumé :

LE MAL PEUT-IL CONTAMINER CEUX QUI LE TRAQUENT ?

Un go-fast pris en flag qui transporte bien pire que de la drogue…
Deux ados qui tirent sur les passagers d’un TGV lancé à pleine vitesse…
Des gens ordinaires découverts morts… de terreur. Le diable mène le bal, le monde est devenu fou. Lieutenant à la section de recherches de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Rien ne pourra l’empêcher de remonter la piste à sa source. Aux racines de la peur.

Mon avis :

Un thriller glaçant comme je les aime ! Les chapitres courts donnent un sentiment d’urgence au récit. On a toujours envie de savoir la suite. Sans en raconter trop, certaines scènes sont vraiment gores mais personnellement, même si j’ai très peur en regardant des films d’horreur ou des thrillers sanglants, lire ce genre de choses ne me dérange pas tellement ;-) Bref, un très grand Maxime Chattam avec un dénouement assez imprévisible !

Les Anges mordent aussi (Felicity Atcock tome 1) – Sophie Jomain

les anges mordent aussi

Nombre de pages : 299 pages

Editeur:  Rebelle

Date de parution : janvier 2012

Résumé :

Je n’ai vraiment pas de bol : il aura suffi d’une morsure, d’une seule, pour que je me retrouve embarquée dans une histoire sans queue ni tête. Je ne sais pas exactement comment ça a commencé, et je ne sais pas non plus de quelle manière tout cela va finir. Quoi qu’il en soit, celui qui fera en sorte que les jeunes vampires arrêtent de se pointer pour s’enterrer dans mon jardin sera mon héros. Et si en plus il est beau, riche et intelligent, je ne me plaindrai pas ! Je veux retrouver ma vie d’avant, tranquille et ennuyeuse à mourir.

Mon avis :

ça parle d’anges, de vampires, ça ressemble un peu aux Etoiles de Noss Head de la même auteure. Pourtant, Sophie Jomain arrive à se diversifier tout de même et le ton de ce roman (le premier d’une saga) est bien plus humoristique. L’héroine, Felicity, est maladroite et très drôle. Les personnages masculins sont sexy à souhait et les scènes de sexe très bien décrites (sans verser dans le vulgaire). Je me réjouis de lire la suite !

La femme parfaite est une connasse – Anne-Sophie et Marie-Aldine Girard

femme parfaite est une connasse

Nombre de pages : 160 pages

Editeur : J’ai lu

Date de parution : Février 2013

Résumé :

Ce livre est LE guide pour toutes les femmes imparfaites (c’est-à-dire grosso-modo pour toutes les femmes*). Vous y apprendrez notamment comment garder votre dignité quand vous êtes complètement bourrée, qui sont ces filles qui ne mangent qu’une salade par jour, les questions qu’il ne faut pas poser à un homme si vous ne voulez pas entendre la réponse, ou ce qu’il faut faire de toute urgence si votre mec veut s’acheter des Crocs.

Mon avis :

Franchement, je n’ai pas ri en lisant ce livre, j’ai juste souri à deux-trois phrases assez bien « trouvées ». Ce petit livre se lit super vite (j’ai fait moins d’une heure pour le lire) Si vous recherchez un livre très léger pour vous détendre, il pourra faire l’affaire. Par contre, si vous voulez vraiment lire quelque chose sur les femmes, passez votre chemin, ce livre est un ramassis de clichés sur la gente féminine, je trouve presque choquant que ce soit deux femmes qui ont écrit tout ça !

Turbulences – Michael Crichton

turbulences

Nombre de pages : 391 pages

Editeur : Michel Laffont

Date de parution : janvier 2004

Résumé :

Trois morts et plus de cinquante blessés : tel est le bilan du vol Hong Kong/Denver. Pourquoi un tel carnage ? C’est ce que doit déterminer Casey Singleton, vice-présidente et responsable qualité de Norton Aircarft, le constructeur du N-22 qui a si mal assuré la liaison. L’avion avait réussi à atterrir en Californie, mais l’intérieur est inexplicablement dévasté. Le tout n’est pas du meilleur effet, puisque la Norton s’apprête à signer un contrat de huit milliards de dollars avec la Chine pour ce type d’appareil. L’enquête de Casey est perturbée par l’irruption d’une équipe de télévision avide de sensationnel et par de saignantes rivalités professionnelles. Et puis, Casey peut-elle réellement avoir confiance en son adjoint Richman ?

Mon avis :

J’avais un peu peur de me lancer dans ce policier sur le thème de l’aviation car j’ai lu pas mal de romans de Michael Crichton et ai déjà remarqué qu’il aime connaître son sujet sur le bout des doigts et le montre bien. (c’est mieux, vous me direz!) Même si le vocabulaire utilisé est très pointu, je ne me suis pas sentie trop perdue et ai vraiment apprécié cette enquête et ai beaucoup aimé le personnage de Casey, femme de caractère qui sait se faire respecter dans un monde quasi exclusivement masculin. A la fin on a presque l’impression de faire partie un peu de ce monde tant les termes techniques sont bien expliqués :-) Un policier très bien tourné au dénouement assez prévisible mais quand même très agréable à lire.

La liste des mes envies – Grégoire Delcourt

la liste de mes envies

Nombre de page : 186 pages

Editeur : JC Lattès

Date de parution : février 2012

Résumé :

Jocelyne, dite Jo, rêvait d’être styliste à Paris. Elle est mercière à Arras.
Elle aime les jolies silhouettes mais n a pas tout à fait la taille
mannequin. Elle aime les livres et écrit un blog de dentellières. Sa mère
lui manque et toutes les six minutes son père, malade, oublie sa vie.
Elle attendait le prince charmant et c est Jocelyn, dit Jo, qui s est
présenté. Ils ont eu deux enfants, perdu un ange, et ce deuil a déréglé
les choses entre eux. Jo (le mari) est devenu cruel et Jo (l épouse) a
courbé l échine. Elle est restée. Son amour et sa patience ont eu raison
de la méchanceté. Jusqu au jour où, grâce aux voisines, les jolies
jumelles de Coiff Esthétique, 18.547.301 lui tombent dessus. Ce jourlà,
elle gagne beaucoup. Peut-être.

Mon avis :

Comment ne pas s’attacher au personnage de Jo, femme bien dans sa vie mais pas forcément bien dans sa peau, qui, du jour au lendemain, se retrouve riche après avoir gagné au lotto. A partir de ce moment, sans même avoir encore encaissé son chèque, elle réfléchit à toutes les choses qu’elle aimerait s’offrir ou offrir aux gens qu’elle aime. Un très joli roman qui fait réfléchir sur les vraies valeurs de la vie.

Ce que je peux te dire d’elles – Anne Icart

ce que je peux te dire d'elles

Nombre de pages : 317 pages

Editeur : Michel Laffont

Date de parution : janvier 2013

Résumé :

Un matin, très tôt. Le téléphone sonne. Blanche n’aime pas ça : les coups de fil au petit matin n’annoncent jamais rien de bon. Cette fois, pourtant, c’est une bonne nouvelle : Violette a accouché dans la nuit d’un petit garçon. Blanche est bouleversée : elle ne savait même pas que sa fille était enceinte. Et puis un garçon, le premier au bout de cette lignée de filles, quelle histoire… Dans le train qui la mène de Toulouse vers Paris, le trac au cœur, Blanche relit les carnets de moleskine destinés à Violette où, remontant le temps, elle a essayé de se souvenir de tout, tout ce qu’elle peut lui dire d’elles. Mais Violette l’attend-elle encore au bout de ce chemin à la fois heureux et cabossé ? Portés par une écriture ultrasensible, où sous l’apparente douceur du cocon familial gronde la violence des sentiments, on est entraînés dans l’histoire de Blanche, celle de quatre générations de femmes, des années 1950 à nos jours. De la minuscule bicoque d’un petit village des Pyrénées aux ateliers de la maison Balaguère, haute couture, à Toulouse, Blanche recrée ce petit monde que les accidents de la vie, et certains choix, ont rendu presque exclusivement féminin. Il y a d’abord Anna, la grand-mère, qui a élevé ses trois petites-filles, Angèle, Justine et Babé, tôt privées de mère. Angèle, la mère de Blanche, la magnifique, brillante et si fragile Angèle, journaliste à La Dépêche du Midi ; Justine l’indépendante, la féministe, la couturière aux doigts de fée qui, partie de rien, va créer sa propre maison et devenir la coqueluche des élégantes Toulousaines ; la douce et vaillante Babé, pilier de cette famille bien peu conventionnelle dans laquelle grandit Blanche. Sans père (il est mort avant sa naissance) mais avec trois mères, avant de devenir, à son tour, la mère sans homme de Violette… Chaleureux et coloré comme une promenade dans la Ville rose (ou comme une collection de Justine…), le roman de cette tribu de femmes émancipées avant l’heure explore avec autant de tendresse que d’acuité toute la complexité des liens maternels.

Mon avis :

J’adore les histoires de familles à travers plusieurs générations. Quand j’ai lu la 4ème de couverture de ce roman dans ma bibliothèque, je l’ai donc directement embarqué ! J’ai vraiment adoré suivre les vies de cette lignée de femmes, soudées entre elles dans l’adversité et le drame. Un livre très touchant, très prenant, dont on apprend à aimer chaque personnage (j’ai surtout adoré les personnages de Justine la femme libérée et la très attachante Babé).

Charlotte – David Foenkinos

charlotte

Nombre de pages : 224 pages

Editeur : Gallimard

Date de parution : août 2014

Résumé :

Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu’elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d’une oeuvre picturale autobiographique d’une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : « C’est toute ma vie ». Portrait saisissant d’une femme exceptionnelle, évocation d’un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d’une quête. Celle d’un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

Mon avis :

Ce roman – une biographie pourrais-je dire – est vraiment très intéressant car il raconte la vie de cette artiste méconnue, persecutée durant la Seconde Guerre Mondiale. On sent la fascination de l’auteur pour cette peintre et il nous donne envie d’en savoir plus sur elle. Une très belle découverte !

Le fils de la sardine – Ilan Duran Cohen

le fils de la sardine

Nombre de pages : 179 pages

Editeur : Actes Sud

Date de parution : Septembre 2001

Résumé :

Hélène travaille à l’institut Épil’Express. Entre deux épilations, elle écrit des chansons. Elle rêve de Jean-Jacques Goldman, récite des poèmes à des auditeurs qui n’y comprennent rien, vit au rythme de confessions drolatiques sur ses parents, coiffeurs à Soissons, ses clients, ses amours ratées. Elle se lie à Fanny, sa collègue, qui ne peut « se passer de mecs, la solitude ce n’était pas pour elle ». La première invente des histoires, la seconde les multiplie. Toutes deux partagent le même appartement, jusqu’à ce que Fanny tombe amoureuse. C’est chez un vieil homosexuel installé dans le Marais à Paris, client de l’institut de beauté, qu’Hélène va trouver refuge. Autour de M. Blumenfeld, fidèle de l’épilation du dos et des épaules, gravitent d’autres personnages : Simon, parti en goguette quelque part, Schlomo, jeune juif pratiquant, masturbateur insatiable, terrassé par le doute, entré au McDo pour « un suicide culinaire et métaphysique ». La recherche de Simon est le prétexte aux rencontres tous azimuts, en apparence impossibles. Chacun trouvera sa place, son identité.

Mon avis :

Un roman très étrange, une sorte d’OVNI littéraire. Les personnages qui le peuplent sont tous névrosés, et pourtant on se prend tout de même un peu d’affection pour cette esthéticienne paumée qui finalement prend des risques pour enfin vivre pleinement sa vie. Un roman dont je ne garderai pas un souvenir impérissable ;-)

Demain j’arrête! – Gilles Legardinier

demain j'arrete

Nombre de pages : 404 pages

Editeur : pocket

Date de parution : avril 2013

Résumé :

Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides. Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu’elle n’a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier… Mais tout cela n’est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu’elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret. Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu’à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons-nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?

Mon avis :

Un roman très drôle qui se lit très rapidement malgré ses 400 pages. Etonnant comme l’auteur sait se mettre dans la peau de cette jeune femme sans tomber dans les clichés féminins. J’ai adoré le personnae de Ric, incarnation de l’homme parfait. L’écriture est fluide, le rythme soutenu, il n’y a aucun temps mort ! Un super roman que je recommande à toutes et tous si vous voulez passer un bon moment en compagnie de ces personnages haut en couleur.

Que ta volonté soit faite – Maxime Chattam

que ta volonté soit faite

Nombre de pages : 360 pages

Editeur : Albin Michel

Date de parution : janvier 2015

Résumé :

Pour son vingtième roman, Maxime Chattam s’amuse à dresser le portrait d’une petite ville du Midwest américain des années 60 jusqu’au début des années 80, avec pour fil rouge l’évolution de Jon Petersen, un pervers psychopathe, de son enfance jusqu’au point culminant de sa sinistre carrière criminelle. Un roman noir à l’écriture et à l’atmosphère uniques dans la carrière de l’auteur, où tout converge vers un final aussi étonnant qu’imprévisible. Que ta volonté soit faite est non seulement un voyage à Carson Mills, mais aussi dans ce qui constitue l’essence même du roman policier, la vérité et le crime. On songe bien sûr à Stephen King (une bourgade à la Norman Rockwell où tout le monde connait tout le monde, un vieux shérif obstiné, le poids de la religion, les secrets de famille…) et parfois aussi à Jim Thompson. Une réussite.

Mon avis :

Ce roman change complètement des autres romans de l’auteur car il s’agit là d’un roman raconté à la première personne (mais on ne connait pas l’identité du narrateur, même si à la fin on le comprend). L’ambiance de ce roman fait bel et bien penser à Stephen King, avec cette petite ville américaine où tout le monde se connait et où tout le monde a des secrets. Un livre très bien écrit, qui en surprendra plus d’un ! Je l’ai vraiment beaucoup aimé :)

Love letters to the dead – Ava Dellaria

love letters to the dead

Nombre de pages : 319 pages

Editeur : Michel Lafon

Date de parution : Mai 2014

Résumé :

 » Je sais que May est morte. Je veux dire, j’en suis consciente mais j’ai l’impression que c’est pas pour de vrai. Qu’elle est toujours là, avec moi. Qu’une nuit, elle rentrera par la fenêtre après avoir fait le mur et me racontera ses aventures. Peut-être que si j’arrive à lui ressembler plus, je saurai mieux vivre sans elle.  » À son arrivée au lycée, Laurel a comme premier devoir de rédiger une lettre pour un mort. Elle décide d’écrire à Kurt Cobain, et c’est ainsi que débute une année de correspondance à sens unique avec des acteurs, musiciens et poètes disparus, qui ont tous joué un rôle important dans la vie de la jeune fille. Au travers de ses lettres, elle dresse son propre portrait de lycéenne, celui de ses nouveaux amis, de son premier amour… Et révèle, surtout, comment elle parvient à surmonter la mort de sa sœur. Mais pour faire son deuil, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente et faire face à ce qui s’est réellement passé la nuit où May est décédée.  »

Mon avis :

Il s’agit là d’un roman pour « jeunes adultes » dont j’avais pas mal entendu parler sur les chaînes des booktubeuses. Les avis étaient assez variés à son sujet, j’ai vraiment eu envie de me forger ma propre opinion. Que dire à part que ce roman m’a littéralement emporté avec lui, j’ai adoré le format « lettres » du récit, la narratrice s’adressant à chaque chapitre à un personnage célèbre décédé. L’écriture est fluide, les dialogues sonnent juste. J’attendais peut-être un autre dénouement mais j’ai tout de même beaucoup aimé ce roman, cette jeune fille qui doit faire le deuil de sa soeur et comprendre que ladite soeur qu’elle croyait parfaite avait ses failles et ses peurs. Je trouve de plus l’objet livre vraiment magnifique avec sa couverture dans les tons de violet.

Le plus bel endroit du monde est ici – Francesc Miralles Care Santos

le plus bel endroit du monde est ici

Nombre de pages : 188 pages

Editeur : Pocket

Date de parution : juin 2014

Résumé :

Iris a 36 ans et des idées noires plein la tête : ses parents viennent de disparaître dans un tragique accident et, en une seconde, toute sa vie a basculé. Par un après-midi froid et gris, elle songe même à en finir. Son regard se pose alors sur la devanture d’un café auquel elle n’avait jamais prêté attention auparavant. Son nom étrange, Le plus bel endroit du monde est ici, éveille sa curiosité. L’intérieur est plus intrigant encore, comme sorti d’un rêve. Tout y semble magique, à commencer par Luca, bel Italien porteur d’une promesse : le bonheur.

Mon avis :

J’ai acheté ce roman à cause de son titre et de sa jolie couverture (fille futile bonjour!). Pourtant, j’ai été emportée dans cette jolie histoire, cette jeune femme qui souhaite en finir avec la vie et qui, par le plus grands des hasards, trouve un café dont elle n’avait jamais remarqué l’existence. Tout est enchanteur dans ce livre et on ne sait plus dire ce qui fait partie de la réalité et ce qui n’en fait pas partie. Un joli conte moderne qui donne le sourire et se déguste comme un bon chocolat chaud.

Joyland – Stephen King

joyland

Nombre de pages : 350 pages

Editeur : Albin Michel

Date de parution : avril 2014

Résumé :

Les clowns vous ont toujours fait peur ?
L atmosphère des fêtes foraines vous angoisse ?
Alors, un petit conseil : ne vous aventurez pas sur une grande roue un soir d orage…
Mêlant suspense, terreur, nostalgie, émotion, un superbe King dans la lignée de Stand by me.

Mon avis :

Un Stephen King qui plaira au plus grand nombre car même si le thème peut sembler effrayant (d’ailleurs la 4ème de couverture évoque « ça » l’un de ses plus grands romans) il n’y a rien dans ce livre qui fait peur, à part la folie de certains personnages (dont je ne citerai pas les noms) Le narrateur, le jeune Devin, travaille durant un été au parc d’attraction Joyland et y découvre qu’un meurtre y a été commis des années auparavant. Obsédé par cette histoire, il n’aura de cesse de découvrir qui est l’assassin. Bien sûr il y a un peu de paranormal dans ce roman (comme dans quasi la totalité des romans de Stephen King) mais ce n’est pas le plus gros de l’histoire. J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman !

et voilà, je suis enfin au bout de ma liste :-) Dorénavant j’esssaierai de vous faire un article mensuel ! N’hésitez pas à me dire si ce genre d’article vous intéresse ! J’attends vos retours avec impatience !

bonne soirée et bisous :-)


wallpaper-1019588
J’ai lu: Une bête au Paradis de Cécile Coulon
wallpaper-1019588
Connaissez-vous le Kardoune – Le lisseur pour cheveux sans chaleur ?
wallpaper-1019588
Noël : 20 idées cadeaux pour les gros budgets
wallpaper-1019588
Produits terminés : je rachète ou pas ? #46